Calendriers, horloges, Dynasties

Lundi 12 avril à 18H00

par

M. Roland TROTIGNON

Ingénieur, diplômé de l’École des Langues Orientales

Réservation

La réservation est ouverte pour les non adhérents. C’est ici.

Ces visioconférences sont accessibles gratuitement aux adhérents 2021 de l’ATAO, sans réservation préalable.

Résumé

Temps astronomique : Très ancienne civilisation agricole, la Chine a bâti sa mesure du temps sur l’observation des cycles célestes et de leur mesure. Le décompte des années sur un cycle de 60 ans est une caractéristique unique toujours d’actualité.

Les divisions de l’année font appel à un calendrier luni-solaire complexe dont l’exactitude est le garant du mandat céleste entre l’Empereur, fils du Ciel, avec le cosmos. Recalculé de nombreuses fois, le calendrier chinois fut finalement mis sous sa forme actuelle par les Jésuites.

Ces derniers améliorèrent aussi le décompte des divisions de la journée sans bouleverser le système traditionnel chinois déjà élaboré (horloges hydrauliques et cadrans solaires).

Temps mécanique : La vraie révolution fut l’introduction de l’horloge mécanique. Vu d’abord comme une curiosité mécanique à la cour, elle devint vite un cadeau traditionnel et le Musée du Palais à la Cité Interdite de Pékin peut s’enorgueillir d’une magnifique collection d’horloges anciennes.

Temps historique : Conscient de son immensité dans le temps, la Chine s’efforce de  conquérir en précision son temps historique. Astronomes, archéologues, épigraphes…s’efforcent de préciser les datations des périodes de règnes sur plusieurs millénaires. Tel était l’objet du grand chantier historique et archéologique « Xia-Shang-Zhou », du nom des trois premières dynasties.

Présence de la tradition : en conclusion, les modes chinois traditionnels tant dans la conception que dans la mesure du temps sont toujours présents et coexistent avec les systèmes adoptés internationalement. Ces derniers ne seront adoptés en Chine qu’au début du 20ème siècle.

N’hésitez pas à laisser ou lire les commentaires

La chine d’hier

Plongez-vous dans le passé de la Chine quotidienne.

La Chine quotidienne (Les Collections de l’iconophile)

1 janvier 1979
Auteur Roland TROTIGNON

Illustrations Guy HERSANT

162 pages – nombreuses photographies en noir et blanc

Lecture complémentaire

Bibliographie :

Joseph Needham, Wang Ling, Derek de Solla Price, « Heavenly Clockwork-The great astronomical clock of medieval China ». Cambridge University Press

Jean-Claude Martzloff, « Le calendrier chinois: structure et calculs (104 av.J.-C.-1644) ». Champion

Kristen Lippincott (dir.), « Histoire du Temps ». Larousse

 “Timepieces of the Imperial Palace”. Forbidden City Publishing House

“Scientific and Technical Instruments of the Qing Dynasty“. Shangwu Publishing House – Hong Kong

Qiu Guangming, “A concise history of ancient Chinese measures and weights”, Hefei Gongye Daxue


La sphère armillaire fut dans l’antiquité chinoise comme dans la nôtre l’instrument roi. A la fois modèle réduit du ciel et instrument de mesure, elle trônait en haut de l’observatoire édifié lors de la dynastie mongole des Yuan. L’original est à Nankin et nous pouvons admirer ici un modèle réduit.
Horloge hydraulique étagée comprenant 3 vases à écoulement et un vase réceptacle horloger avec jauge (Musée de l’horloge de la Cité interdite de Pékin).

Laisser un commentaire