Lundi 7 juin à 18H00

par

par Mme Sophie DUHEM

maître de conférences en histoire de l’art,

Université Jean-Jaurès – Toulouse II.

Résumé

Cette conférence propose d’examiner la place de Jingdezhen 景德镇  (province du Jiangxi / Chine) dans l’histoire de la céramique chinoise.

Ce « haut-lieu » de la fabrication des porcelaines est renseigné par des sources écrites anciennes, des albums illustrés des XVIIIe et XIXe siècles et un grand nombre d’objets aujourd’hui présentés dans diverses collections de musées — des plus prestigieuses aux plus modestes. Cette présentation sera l’occasion d’évoquer les étapes de la fabrication, les matériaux sélectionnés, les grandes familles de porcelaines et les objets exceptionnels produits dans les fours de la ville.

Elle s’appuiera sur des publications scientifiques récentes, notamment le très beau livre de Teresa Canepa, Jingdezhen to the world, The Lurie collection of chinese Export Porcelain from the late Ming Dynasty, publié en 2019 par les éditions de la British Library. Teresa canepa, titulaire d’un PhD en Art et Histoire de l’Université de Leyden, est chercheur indépendant et spécialiste de l’exportation des porcelaines japonaises et chinoises, co-éditrice de la revue académique Ceramic Oriental Society (London).

Vrai ou faux ?

Avant la conférence, nous vous proposons de lire l’article   “Vrai ou faux ? qualifier les porcelaines de Chine (xve-xxie siècle) ” de Sophie Duhem et Émilie Roffidal, paru dans Les Cahiers de Framespa : Nouveaux champs de l’histoire sociale, 2019.

“Si la question du « vrai » et du « faux » agite de manière récurrente les milieux du marché de l’art et des musées, elle est avant tout une préoccupation majeure de notre temps. Jean Lévi, éminent sinologue, en faisait déjà le constat dans une interview parue en 2010 :

« De fait, nous sommes entrés dans l’ère de l’ersatz. La société industrielle marchande a imposé le règne universel de la laideur, si bien que nul ne sait plus juger du beau et du laid et l’idée même de valeur artistique n’a aujourd’hui plus aucun sens. C’est aussi un monde où la temporalité a été bannie. Le Passé, quand il subsiste, ne peut exister que sous la forme du simili, il est un faux passé reconstruit de façon à en fournir une image édulcorée et remaniée, acceptable pour l’homme d’aujourd’hui […]”

Entretien avec Jean Lévi, réalisé par Alessandro Mercuri, « Un mythe aux mains d’argile.

Voir la suite ici.


Lecture complémentaire

Jingdezhen to the world, The Lurie collection of chinese Export Porcelain from the late Ming Dynasty

Teresa Canepa

This lavishly illustrated book celebrates one of the most comprehensive and meticulously assembled private collections of Chinese export porcelain from the late Ming dynasty (1368-1644) made at Jingdezhen in Jiangxi province.

Next ->

La porcelaine de Jingdezhen: Savoir-faire et techniques traditionnels

de Bai Ming

C’est le premier livre à présenter une description illustrée très complète des savoir-faire et techniques traditionnels, spécifiques à Jingdezhen. Non seulement il révèle la magie des gestes et des métiers artisanaux servant à fabriquer la porcelaine dans son berceau millénaire chinois, mais cette étude de terrain apporte une documentation historique de grande valeur, s’adressant autant aux potiers pratiquant la porcelaine qu’aux nombreux amateurs curieux de céramique, en particulier extrême-orientale.


N’hésitez pas à laisser ou lire les commentaires

Laisser un commentaire