Lundi 17 octobre 2022 à 18H00

Salle Osète, 6 rue du Lieutenant-Colonel Pélissier, 31000 Toulouse

par

Madame Ginette LACAZE,

Présidente de la Société égyptologique de Pau

Docteur en égyptologie de l’université de Paris IV-Sorbonne

Membre du collège des Académiciens de l’ATAO

———————————————-

Participation : Étudiant de moins de 25 ans ou demandeur d’emploi, conférence : 2 € – Junior, conférence gratuite

Adhérent : Conférence : 5 € par personne ; conférence et dîner : 37 €- 

Non Adhérent : Conférence : 8 € par personne ; conférence et dîner : 40 €. 

————————————–

La réservation pour la conférence est fortement recommandée.

Réservation pour le dîner avant le vendredi 14 octobre 2022  

____________________________

Par courriel : atao.culture@orange.fr ou par téléphone : 06  22 26 38 47

Téléphone : 06 22 26 38 47; courriel : atao.culture@orange.fr

Site internet : https://www.atao-toulouse.fr/

Résumé de la conférence

En regard de la pyramide royale, témoignage d’une architecture de la démesure, les tombes des notables memphites ressortent d’un art plus humain, qui exprime à la fois l’officiel et l’intime. La demeure d’éternité, dans ses vastes superstructures de pierre, permet le stockage de réserves alimentaires réelles ou symboliques, nécessaires à la perpétuation de la force vitale dans l’au-delà. Elle organise un espace décoratif harmonieux qui illustre les manifestations du vivant sous toutes ses formes.

Le maître du mastaba contemple, contrôle, mais aussi “réjouit son coeur” dans des divertissements variés. Autour de l’image magnifiée de sa personne, s’ordonnent le groupe familial, les séquences incontournables des rituels funéraires ainsi que les scènes de la vie rurale ou artisanale. L’image se présente comme codée à l’extrême sur le plan de la représentation du corps humain, de l’expression de la différenciation et de la distinction sociales.L’un de ses traits les plus connus consiste en la combinaison d’une vision de face et de profil du sujet.

Mastaba de kagemni
Saqqarâ

Les textes, pour leur part, affichent les charges religieuses multiples, les hautes fonctions politico-sociales des grands personnages (1) ainsi que les offices détenus par le “premier cercle”, en contact avec la personne physique du pharaon. L’art scriptural lui-même ressort des conventions de la figuration imagée. Sur les bas-reliefs des mastabas, le fond du décor étant neutre, les inscriptions peuvent se glisser dans les vides du champ figuratif. Ainsi s’élaborent de subtiles corrélations image/texte dont nous tenterons l’exploration.

(1) Vizirat, médecine, architecture, législation, archivistique, logistique, gestion des pénuries alimentaires…Toutes ces activités sont,en principe, exercées selon la Maât

Architecture d’un mastaba

Extérieurement, un mastaba est une construction rectangulaire aux murs de briques crues ou de pierres taillées, d’abord droits, puis progressivement légèrement inclinés vers l’intérieur comme la base d’une pyramide. Une porte donne accès à une chapelle funéraire. Les parois de cette pièce, parallèles aux murs extérieurs du mastaba, peuvent être recouvertes de scènes de la vie quotidienne du défunt. Sur le mur, face à la porte, est gravée une fausse porte qui mène symboliquement vers le royaume des morts. Cette porte est conçue pour faciliter le retour du défunt dans le royaume des vivants. Un puits, partant du sommet du mastaba, s’enfonce dans le sol jusqu’à plus de vingt mètres de profondeur selon l’importance du dignitaire et donne sur la chambre funéraire où repose le défunt dans son sarcophage.

Bibliographie

Si vous voulez en savoir plus, madame Ginette LACAZE vous propose de consulter certains documents qui ont servi l’élaboration de sa conférence. Bonne lecture !

  • L’art égyptien au temps des Pyramides. Exposition. Paris,RMN, 1999.
  • FISCHER H.G., L’écriture et l’art de l’Égypte ancienne. Quatre leçons au Collège de France, PUF, 1986.
  • KANAWATI N., WOODS A., SHAFIK S., The Tomb of Mereruka, ACE Reports, 29-30, Warminster, 2010.
  • MASTABASE. Database of Old Kingdom Scenes. Digitalized Database of Iconography Programmes of Elite Graves in the Memphite Area, Université de Leyde.
  • MONTET P., Les scènes de la vie privée dans les tombeaux égyptiens de l’Ancien Empire, Strasbourg, 1927.
  • SCHAFER H., Trad. J.R. Baines, Principles of Egyptian Art, Oxford, 1974.
  • TEFNIN R., Éléments pour une sémiologie de l’image égyptienne, Chronique d’Égypte, t.66, vol.131-132, 1991, p.25-37.
  • TEFNIN R., Réflexions sur la structure du champ figuratif en Égypte prédynastique, Archéo-Nil, 1993, p. 7-22.
  • Van WALSEM R., The Leyden Mastaba Project includese Users Guide, Peeters-Leiden Université, 2008.
  • WILD H., Le tombeau de Ti. La chapelle, IFAO,1953.
  • ZIEGLER C., Le mastaba d’Akhethetep. Une chapelle funéraire d’Ancien Empire, RMN, 1993.
  • ZIEGLER C., sous la direction de, Le mastaba d’Akhethetep. Fouilles du Louvre à Saqqara, Peeters, 2007.
Mastaba de Ti
Saqqarâ
Le bouquetin récalcitrant.
Dessin d’Henri Wild
Mastaba de Ptahhotep
Saqqarâ
Fermiers conduisant un boeuf gras
Mastaba des Deux Frères,
Saqqarâ,
un bouvier et son bœuf transportant des gerbes de b
Mastaba des Deux frères,
Saqqarâ,
Joutes de bateliers
Mastaba de Ty,
Saqqarâ,
stèle fausse-porte
Mastaba Kagemni
Saqqarâ,
Vizir du pharaon Téti
Mastaba de Ty,
Saqqarâ,
Ty supervisant les travaux
Sphinx mystagoga Kircher, Athanasius (1602-1680)

N’hésitez pas à laisser ou lire les commentaires

Laisser un commentaire