Itô Jakuchû

Broché – Illustré, 5 septembre 2018

  • Éditeur ‏ : ‎ Paris Musées; Illustrated édition (5 septembre 2018)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 152 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2759603962
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2759603961


Trésor des collections de la Maison impériale du Japon, Le Royaume coloré des êtres vivants (Doshoku sai-e), est le chef-d’œuvre d’un peintre d’exception et figure singulière de la période d’Edo, Itô Jakuchû (1716-1.800). Issu d’une famille de marchands grossistes en légumes à Kyoto, contraint par obligation filiale de reprendre la direction du commerce familial, il attendit l’âge de quarante ans pour s’adonner entièrement à la peinture. Cet ensemble monumental de trente rouleaux de soie peinte est son œuvre la plus ambitieuse, réalisée sur presque une décennie. Ces compositions d’une extraordinaire virtuosité reposent sur une observation attentive et rigoureuse des fleurs, plantes, insectes, poissons et oiseaux, filtrée par l’imagination fertile de l’artiste. La somptuosité de la gamme chromatique et ses effets sophistiqués, la vigueur du trait prompt à saisir l’exubérance de la faune et de la flore, opèrent une séduction immédiate. Connu comme un “excentrique” au style tout à fait personnel, Jakuchû ouvrit une Voie originale à l’art pictural au Japon. Cette œuvre intemporelle, célébration de la nature et du vivant, entre en résonance avec nos sensibilités contemporaines.


A propos de l’auteur

Itō Jakuchū (伊藤若冲?) aussi connu sous le nom de Itō Shunkyō, de son vrai nom Itō Jokin, surnoms: Keiwa, Jakuchû et Tobei-an, né vers 1716 à Kyōto, mort en 1800 est un peintre japonais d’animaux et de fleurs. Observateur aigu, il parvient, par une stylisation exagérée, à donner à ses animaux une expression pleine de vigueur, voire de majesté. Le contraste des couleurs vives et de l’or est accentué par un immense cactus, témoin de sa curiosité pour les plantes exotiques. Son réalisme aboutit à une sorte d’expressionnisme, trait exceptionnel dans la peinture japonaise, qui explique l’intérêt croissant que l’on porte actuellement à cet artiste qui fait figure d’isolé.

Laisser un commentaire