Abdulrahman Alsuhaibani et Laïla Nehmé

Située dans le nord-ouest de l’Arabie saoudite, AIUla (al-‘Ulâ) est une région naturelle et archéologique spectaculaire. Cet ouvrage raconte son histoire millénaire, depuis les premières installations humaines il y a sept mille ans jusqu’à l’époque contemporaine. On y découvre aussi la vitalité des recherches archéologiques menées depuis près de trente ans, en particulier par les équipes franco-saoudiennes.

La formation géologique de la vallée et de ses oasis, les pratiques cultuelles des antiques royaumes pré-islamiques, la majesté des tombeaux rupestres nabatéens, la naissance de l’écriture arabe, la vie des pèlerins à al-‘Ulâ, le temps d’une halte sur le chemin de Damas à Médine, la construction du chemin de fer du Hijâz attestent que ce lieu trop longtemps méconnu est au croisement des civilisations.

À al-‘Ulâ, la Hégra des Nabatéens et des Romains, premier site archéologique saoudien inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 2008, s’ouvre au monde. Comparable à Pétra, en Jordanie, par sa taille et son importance, Hégra recèle des secrets, révélés le temps d’une exposition.

A propos des auteurs :

Abdulrahman Alsuhaibani

Associate Professor of Archaeology at King Saud University – Consultant of heritage and archaeology at RCU

Laïla Nehmé

Laïla Nehmé est une philologue française, spécialiste de l’épigraphie du Proche-Orient au Laboratoire d’études sémitiques anciennes (LESA) du Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

Elle est principalement connue pour ses recherches sur les inscriptions nabatéennes, sur l’écriture nabatéenne et son évolution vers l’arabe, ainsi que par les fouilles auxquelles elle a participé ou qu’elle a dirigées en Syrie (Sia, Bosra), en Jordanie (Pétra3, Khirbet adh-Dharih) et en Arabie saoudite (Madâin Sâlih, ancienne Hégra